la moto un etat d'esprit


    600 ou 750 gsxr que prendre ?

    Partagez
    avatar
    Admin
    Admin
    Admin

    Masculin
    Nombre de messages : 1279
    Age : 40
    ou je dors : Nantes
    Emploi : Cadre d'atelier
    Loisirs : la Moto,forcement(sinon pourquoi un fofo)
    Date d'inscription : 21/11/2006

    Feuille de personnage
    Caracteristique de nos motos: sportive

    600 ou 750 gsxr que prendre ?

    Message par Admin le Lun 13 Aoû - 21:20

    Comparaison Suzuki GSX-R 600 et 750 : les suzettes diaboliques







    Il est 15h30 quand j'arrive à la concession Suzuki Axe Motos à Toulon.
    Le temps est magnifique, la chaleur estivale est déjà là. Je meurs
    d'impatience de grimper sur l'hypersport qui fait l'unanimité des
    essayeurs professionnels ou amateurs : la GSX-R 750 cuvée 2004. Moteur
    gonflé, injection électronique améliorée, freins radiaux, allégement de
    l'ensemble... cette moto est un véritable bijou.




    Le vendeur me remplit la feuille de prêt du véhicule,
    en essayant de se rassurer par la question "Et sinon, t'as essayé quoi
    déjà comme sportive
    ? Surtout, ne me réponds pas aucune". Après une rapide photocopie de
    mon permis, il revient avec la clé du bolide et me dit que ce GSX-R est
    une vraie bombe. Il m'explique qu'il a un GSX-R 1000 de 2002 et qu'il
    préfère de loin la 750 de cette année. Il me raconte que des
    possesseurs de R1
    sont venus l'essayer et n'en sont pas revenus de la gouache qu'elle
    avait. Il me dit qu'elle est tout simplement "trop facile". Son point
    fort : le freinage. Les freins lui donnent un feeling sans fin, on est
    serein, on pourrait même monter sur les freins en plein angle tellement
    ils sont efficaces. Je le regarde avec les yeux d'un gosse et je bois
    ses paroles. Je sais que c'est avant tout un commercial mais son
    discours a l'air tellement sincère que ma patience atteint ses limites.




    Il me dit qu'un intermédiaire pourrait être la 600, qui
    a désormais plus de couple et dont les améliorations de cette année la
    rendent vraiment étonnante. Il me propose donc d'aller essayer la 750
    et à mon retour, il me fera essayer la 600, pour que je compare.

    GSX-R 750 2004




    On se dirige vers la moto. Il me dit que c'est lui qui s'est chargé du rodage. La moto
    est bridée à 106 cv et de nombreux clients qui sont venus l'essayer
    n'ont pas voulu le croire. Elle dispose d'un silencieux Devil Trophy
    homologué mais... la chicane a malencontreusement été égarée...
    Concernant l'essai, il me la laisse 30-45 min, je vais où je veux mais
    pas au Castelet, car il y a du sable sur la route... J'y étais passé
    quelques heures auparavant et je ne me souviens pas avoir vu de trace
    de sable. Cette route est mon terrain de jeu favori et c'était
    justement là que je voulais l'essayer : dilemme...

    Je fais le tour de la moto,
    elle est vraiment magnifique. Le train avant est une pure beauté.
    L'attente a assez duré, je prends les commandes et je tourne la clé.
    L'aiguille du compte-tour monte au rouge puis redescend. Je débraye et
    actionne le démarreur... ma main glisse un peu sur les gaz et un
    VVVoooouuummmmmm éclate du Devil, avec un frisson qui me parcourt la
    colonne vertébrale. La position de conduite radicale est typique des
    hypersports mais ça va, j'arrive à rentrer mes jambes et je ne me sens
    pas trop à l'étroit. Le petit coup de gaz pour descendre du trottoir me
    fait déjà sentir que cette moto ne demande qu'à donner de la voix. Je
    descends jusqu'au feu rouge où je me ronge le cerveau car je veux
    emmener cette moto au Castelet... je sais que je suis quelqu'un de très
    prudent donc je décide d'y aller, honteux d'avoir désobéi au vendeur.




    Petit morceau de ville avant de rejoindre l'autoroute.
    Le moteur monte vite à 90°C. La voie se dégage, je me lance timidement
    sur les 4 voies. A voir grimper l'aiguille et défiler les chiffres : ça
    promet !!! Je sors de l'autoroute et arrive à l'entrée des Gorges
    d'Ollioules. Dès les premiers virages, je sens que la moto
    est un vrai vélo, elle se couche sur l'angle, et ce que me disait le
    vendeur à propos du freinage n'était pas exagéré. J'enroule calmement
    en suivant les voitures. Je remarque que je ne dépasse pas les 5000
    tr/min alors que la zone rouge se situe à 14000 tr/min, alors on va
    tester les tours supérieurs.

    Une ligne droite relie Saint Anne d'Evenos au Beausset.
    Je suis en seconde, la voie est libre, j'ouvre la poignée de gaz :
    l'aiguille monte aussi vite que le Devil hurle. Plus la moto prend les
    tours, plus elle les prend vite. La barre des 7000 est passée, et là
    tout change. C'est sur un vrai missile que je suis assis, la poussée
    est dantesque. J'arrive en une fraction de seconde à 140 km/h, et je
    n'ai pas encore atteint la zone rouge, par contre, j'ai déjà atteint la
    fin de la ligne droite alors je coupe les gaz et reprend ma respiration.

    La moto est très facile mais je ne veux prendre aucun
    risque. Les virages de la montée du circuit sont là. Je les enchaîne à
    un rythme convenable, toujours sur le même rapport. Je me permets
    d'ouvrir en sortie de virage, car je sens bien que le Devil ne demande
    qu'à chanter. Je coupe à chaque entrée de virage, une simple pression
    sur les bracelets emmène le train avant exactement à l'endroit où je le
    voulais, on dirait qu'elle vise au millimètre près. Tout semble léger,
    velouté, et serein.

    Arrivé devant le circuit, je rebrousse chemin, et je
    reprends la même route en sens inverse. Je hausse un peu le rythme, je
    commence à bien sentir la moto
    et son accroche dans les courbes me met vraiment en confiance. Pas de
    trace de sable sur la chaussée, mais je reste prudent. Chaque fois que
    je dépasse les 7000 tr, je ne reviens pas des sensations. On sent
    vraiment la cavalerie arriver et ça pousse fort ! Après les gorges, je
    reprends l'autoroute et m'abrite derrière la bulle pour filer sur la
    voie de gauche, la protection est correcte et permet des vitesses
    inavouables sans trop de souffrance. J'arrive à la concession où je
    range le monstre. J'enlève mon casque et mon sourire s'étire d'une
    oreille à l'autre...

    GSX-R 600 2004




    Juste le temps de donner mes premières impressions au
    vendeur, qui savait d'ores et déjà que je serais convaincu, et il me
    tend les clés de la petite sœur. Il est sur de lui et me dit que le
    GSX-R 600 est mieux adaptée pour mon utilisation. Il me dit "tu la
    trouveras peut être un peu creuse en bas, mais dès que tu tourneras la
    poignée, tu verras que le couple est bel et bien là". Petit tour du
    propriétaire et il est vrai que les deux soeurs sont quasiment
    jumelles. Même châssis, même freinage, même gueule, juste 150 cc de
    moins, un peu plus de bleu sur les flancs de carénage... et un pot
    d'origine.

    Je décide de prendre un autre itinéraire et je prends
    l'autoroute dans l'autre sens, vers La Garde. Effectivement, les
    sensations sont différentes sur le 600 : ça part un peu moins fort en
    bas. Le pot d'origine fait un joli bruit, moins assourdissant que le
    Devil mais ça reste agréable. Je chauffe calmement la bête puis je sors
    de l'autoroute pour repartir vers La Valette et le Revest. Les petites
    routes départementales me font découvrir la moto. Je me sens beaucoup
    plus à l'aise dessus, moins inquiété par la peur de me faire
    surprendre. Je n'hésite pas à monter dans les tours et à emmener la
    moto d'un angle à l'autre. On ouvre sur un bout de ligne droit, et on
    ne se rend pas compte que le compteur affiche déjà 130. Un petit demi
    tour et on reprend les virolos dans l'autre sens.




    Tout aussi agile, avec un freinage tout aussi
    séduisant, c'est exactement la même que la 750, en plus sage. Mais on
    sent quand même que son jeu, c'est aussi l'attaque, et qu'elle ne
    rechigne pas à pousser le bitume à condition de ne pas descendre trop
    bas dans les tours. Eh oui, ça reste un 600 quatre cylindres, et la
    cavalerie ne se fait sentir qu'au delà des 6000 tr/min J'arrive
    maintenant à la corniche du Faron, où j'enroule les virages en envoyant
    un peu plus, et jamais une faute. Jamais je n'aurais cru conduire une
    hypersport avec autant d'aisance en si peu de temps.

    J'entre dans les petites rues, et au rythme citadin,
    les douleurs dans les poignets se font sentir. Ce n'est pas son terrain
    de jeu et on s'en serait douté. Vite un bout de route dégagée pour que
    l'on roule un peu et que les douleurs disparaissent.

    J'arrive à la concession et je la gare aux côtés de sa soeur aînée.

    En résumé...




    Ces deux motos sont des purs produits de la compétition
    et, pour la rime, arrivent à côtoyer la perfection. J'ai été bluffé,
    bluffé par tant de facilité, tant d'aisance, tant de pêche, tant de
    feeling, tant de précision... J'avais dans l'idée que ces bécanes
    étaient géniales, et bien j'étais encore loin du compte. J'insiste sur
    le lien de parenté qui les unit car pour moi, ce sont vraiment deux
    soeurs. La 750 est une jeune femme séduisante, mais complètement
    hystérique dès qu'elle se retrouve sur du bitume sinueux, qui ne
    demande qu'à aller plus vite en hurlant son bonheur à chaque sortie de
    virage, tout en restant agile et fidèle, sans mauvaise surprise. La 600
    est la petite soeur, trempée du même esprit de famille, mais en plus
    jeune, en pleine phase d'adolescence. Elle crie dès qu'elle grimpe dans
    les tours et trépigne d'impatience quand les virages se dessinent. La
    soeur aînée, la GSX-R 1000,
    doit avoir la puissance de la femme mûre, mais qui pour l'instant m'est
    encore inconnue, et j'espère l'essayer bientôt pour constater si, sur
    route ouverte, il y a réellement un intérêt à posséder un GSX-R 1000
    par rapport au 750.

    Je tiens vraiment à remercier l'équipe d'Axe Motos (en
    particulier Laurent), qui sont de très bons commerciaux mais avant tout
    de vrais passionnés de moto, et qui partagent leur passion sans
    compromis.

    GSX-R 600 2004

    Moteur : 4 cylindres en ligne, 2 ACT et 4 soup./cyl., injection électronique

    Cylindrée : 599 cm³

    Puissance : 106 ch. (78 kW) à 13 000 tr/min, couple 6,9 daN.m à 10 800 tr/min. Version libre : puissance 120 ch. (88,2 kW)

    Partie cycle : cadre périmètrique alu

    Suspensions AV : Fourche inversée

    Suspensions AR : monoamortisseur

    Freins AV : Double disque, Ø 320 mm / étriers radiaux 4
    pistons

    Freins AR : Simple disque, Ø 220 mm / étrier 2 pistons
    Capacité du réservoir : 17 L

    Poids : 161 kg à sec

    Prix : 9990 euros

    GSX-R 750 2004

    Moteur : 4 cylindres en ligne, 2 ACT et 4 soup./cyl., injection électronique

    Cylindrée : 749 cm³

    Puissance : 106 ch. (78 kW) à 12 800 tr/min, couple 8,6
    daN.m à 10 800 tr/min. Version libre : 148 ch. (108,8 kW) à 12 800
    tr/min

    Partie cycle : cadre périmètrique alu

    Suspensions AV : Fourche inversée

    Suspensions AR : monoamortisseur

    Freins AV : Double disque, Ø 320 mm / étriers radiaux 4 pistons

    Freins AR : Simple disque, Ø 220 mm / étrier 2 pistons
    Capacité du réservoir : 17 L

    Poids : 163 kg à sec

    Prix : 10990 euros

    OAS_AD('Middle');Les Plus :
    GSX-R 750

    - Freinage radial

    - Performances moteur

    - Partie cycle parfaite



    GSXR-R 600

    - Agilité

    - Facilité de prise en main



    Les moins :
    GSX-R 750

    - Rien



    GSX-R 600

    - Manque de couple à bas régime


    _________________

    Tony le retour......du GEX!!!!!!

      La date/heure actuelle est Ven 14 Déc - 5:02